Retrouvez nous sur GreenUnivers, la référence du Green Business

Etudes, analyses, statistiques et avis d'experts internationaux sur les marchés de l'environnement
et des technologies vertes, ou "greentech"

jeudi 15 mai 2008

Europe et Etats-Unis misent sur des millions d’emplois "verts"

Plus d’un million d’emplois « verts » en Grande-Bretagne d’ici à 20 ans selon le Foreign Office, 40 millions aux Etats-Unis en 2030 d’après les projections les plus optimistes, plus de salariés allemands dans les technologies de l’environnement que dans l’ensemble de l’automobile en 2020 d’après le Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE)...

(cliquer pour agrandir)
Le boom des investissements dans les énergies renouvelables et les technologies d’efficacité énergétique pour lutter contre le réchauffement climatique font espérer des millions de créations de postes. Avec un double avantage : ce seront pour la plupart des emplois qualifiés et difficilement délocalisables. Tout ce dont rêvent l’Europe et les Etats-Unis !


En Europe, une hausse de 20% de l’efficacité énergétique créerait environ 1 million d’emplois, d’après le PNUE. En Allemagne et en Espagne, les programmes de développement des énergies renouvelables (éolien, biomasse…) ont déjà suscité des centaines de milliers d’emplois en dix ans.

Au Royaume-Uni, les industries de l’environnement – du traitement des eaux usées au marché du CO2 - emploient quelque 400 000 salariés pour 25 milliards de chiffre d'affaires. Un nombre qui pourrait être multiplié par 2,5 d’ici à 20 ans.
Aux Etats-Unis, les industries de l’environnement comptaient 8,4 millions de salariés en 2006, selon un récentrapport de l’American solar energy society.

Sur ce total, 450 000 travaillent dans les énergies renouvelables et 8 millions dans les industries d’efficacité énergétique (production de voitures propres dans l’automobile, construction de bâtiments à énergie positive, recyclage...).

Des projections ont été faites d’ici à 2030 : les énergies renouvelables pourraient créer entre 1,3 et 7,9 millions d’emplois et les industries d’efficacité énergétique entre 14,9 et 32,1 millions, selon la rapidité de leur développement. Au total, ce sont entre 16 et 40 millions d’emplois verts (directs et indirects) qui verraient le jour outre-Atlantique (voir graphique ci-dessus).

En quoi consistent ces nouveaux emplois ? Ils n’ont souvent de « vert » que le nom. La grande majorité sont des postes classiques : comptables, auditeurs, conducteurs d’engins, ingénieurs, ouvriers ou encore assistantes. Les "spécialistes" (biophysiciens, biochimistes...) ne sont pas les plus nombreux. Aux Etats-Unis, en 2006, il y avait plus d’employés de bureaux que d’ingénieurs en environnement dans le secteur des énergies renouvelables !