Retrouvez nous sur GreenUnivers, la référence du Green Business

Etudes, analyses, statistiques et avis d'experts internationaux sur les marchés de l'environnement
et des technologies vertes, ou "greentech"

mardi 8 juillet 2008

Nouveau bond des investissements dans les greentech au 2e trimestre

Les investissements de capital-risque dans les greentech dans le monde ont atteint 2 milliards de dollars au 2ème trimestre 2008, un niveau record, surtout dans l'énergie solaire thermique et les nouveaux biocarburants tirés de la cellulose ou des algues, selon le rapport trimestriel du Cleantech Group.




Au total ces investissements (provenant des fonds, des sociétés de capital-risque, des banques ou autres) ont augmenté de 58% par rapport au 2ème trimestre 2007 et de 48% par rapport au 1er trimestre 2008. Leur montant bat le précédent record de 1,8 milliard, enregistré au 3e trimestre 2007.

L'énergie solaire thermique (où la chaleur du soleil est utilisée pour créer de la vapeur qui fait tourner une turbine) a attiré 278 millions d'investissements, notamment pour des sociétés comme eSolar, BrightSource Energy et SkyFuel.

Si l'on y rajoute le rachat de Stirling Energy Systems par NTR pour 100 millions de dollars et les 165 millions levés par Solel, Infinia et eSolar au 1er trimestre, le secteur du solaire thermique, souvent un peu oublié, a levé 543 millions de dollars depuis le début de l'année.

Les biocarburants de 2e génération, tirés des algues ou de la cellulose notamment, ont levé 280 millions, dont 136 millions pour l'éthanol cellulosique et 84 millions pour les algues. Un reflet de la course à l'éthanol cellulosique aux Etats-Unis et de la surenchère dans le secteur des algues.

Une dizaine d'entreprises en ont profité, dont Range Fuels, Sapphire Energy -- société de biocarburant tiré des algues, qui a levé 50 millions, le record du trimestre -- , Mascoma (éthanol cellulosique), EdeniQ, Amyris Biotechnologies, Greenline Industries, Fulcrum Bioenergy, Gevo, GreenFuel Technologies et Aurora BioFuels.

Tous secteurs confondus, quelque 96 entreprises ont reçu des fonds, les américaines se sont taillées la part du lion, avec 74% des investissements (soit 1,5 milliard de dollars) contre 13% pour les européennes et israéliennes (257 millions), talonnées par les chinoises qui ont levé 12% de ces fonds (235 millions). Les entreprises indiennes n'en ont reçu que 0,6%, soit 11 millions.

A noter que les fonds d'investissement centrés sur les cleantech chinois ont eux levé 6,9 milliards de dollars pendant le trimestre, signe de l'intérêt croissant des fournisseurs de capitaux.

Les cinq plus gros investisseurs ce trimestre ont été Kleiner Perkins Caulfield & Byers, Foundation Capital, Quercus Trust, Khosla Ventures et Draper Fisher Jurvetson.